Avions

 
 
 


a) Périmètre des relations suivies

Les données statistiques présentées dans les graphiques et téléchargeables concernent les vols assurés, les vols annulés (qui seront suivis dans un deuxième temps) et la ponctualité au départ et à l’arrivée des vols réguliers intéressant respectivement les liaisons intérieures, les liaisons internationales et les liaisons avec l’outre-mer et qui ont pour origine ou pour destination l’un des neuf aéroports français métropolitains accueillant plus de deux millions de passagers/an à savoir :

  • Paris Charles-de-Gaulle,
  • Paris-Orly,
  • Lyon Saint-Exupéry,
  • Nice Côte d’Azur,
  • Marseille Provence,
  • Toulouse Blagnac,
  • Bordeaux Mérignac,
  • Nantes Atlantique,
  • Beauvais-Tillé.

Plus précisément, les services concernés par le suivi comprennent :

  • pour les liaisons intérieures à la métropole :
    • les services qui ont pour origine ou pour destination l’un des neuf aéroports français métropolitains accueillant plus de 2 millions de passagers/an et qui représentent un trafic annuel au moins égal à 100 000 passagers ;
    • les liaisons entre deux aéroports de plus de 2 millions de passagers ayant un trafic inférieur à 100 000 passagers annuels.
  • pour les liaisons internationales :
    • les services qui ont pour origine ou pour destination l’un des neuf aéroports français métropolitains accueillant plus de 2 millions de passagers/an et qui représentent un trafic annuel au moins égal à 200 000 passagers.
  • pour les liaisons avec l’outre-mer :
    • les services qui ont pour origine ou pour destination respectivement l’aéroport de l’un des départements français d’outre-mer (DOM) et l’un des neuf aéroports accueillant plus de 2 millions de passagers/an et qui représentent un trafic annuel au moins égal à 100 000 passagers.


b) Définitions et conventions pour l’établissement des données

Termes généraux

Pour l’établissement des données sur les vols suivis et la lecture des tableaux, on entend par :

  • « relation » : itinéraire d’une desserte aérienne défini par un aéroport d’origine et un aéroport de destination ; l’aller-retour entre deux aéroports parmi les neuf listés au point 2 compte pour deux relations ;
  • « vol » : trajet effectué par un avion civil sur une relation, un jour et à un horaire prévus ;
  • « liaison » : jonction entre deux aéroports assurée à l’occasion d’un vol. Dans le cadre du suivi, on distingue les liaisons « intérieures » (qui se déroulent à l’intérieur du territoire national métropolitain), les liaisons « internationales » (qui supposent le franchissement d’au moins une frontière) et les liaisons « avec l’outre-mer » (qui desservent l’un des DOM) ;
  • « service » : série de vols effectués à titre onéreux par un avion civil pour assurer des liaisons à destination ou en provenance d’un autre aéroport et réalisées : soit exclusivement à l’intérieur du territoire national métropolitain (« services intérieurs »), soit moyennant le franchissement d’au moins une frontière (« services internationaux »), soit pour desservir un DOM (« services outre-mer »). Le service peut être régulier ou non régulier ;
  • service « régulier » : service qui :
    • est effectué au moyen d’un avion destiné à transporter des passagers, dans des conditions telles que, sur chaque vol, des sièges vendus individuellement sont mis à disposition du public soit directement par le transporteur aérien, soit par ses agents agréés ;
    • et est organisé de façon à assurer la liaison entre les mêmes aéroports - deux ou plus : a) soit selon un horaire publié ; b) soit avec une régularité ou une fréquence telle qu’ils font partie d’une série systématique évidente ;
  • « compagnie » : transporteur aérien, titulaire d’une licence d’exploitation, identifié en fonction du numéro de vol ; pour les vols en partage de code, c’est le transporteur effectif qui est retenu ;
  • « gestionnaire d’aéroport » : entité qui, conjointement ou non avec d’autres activités, est juridiquement chargée d’administrer et de gérer les infrastructures aéroportuaires (pistes, installations et équipements techniques, bâtiments administratifs, terminaux, etc.), de coordonner et de contrôler les activités des différents opérateurs aériens présents sur l’aéroport.

Définition des indicateurs de régularité et de ponctualité

Les données présentées dans les tableaux visent à appréhender les résultats du transport aérien à travers trois séries d’indicateurs :

  • des indicateurs de régularité qui mesurent le nombre de vols assurés et le nombre de vols annulés par rapport au nombre de vols programmés ;
  • des indicateurs de ponctualité au départ des avions qui mesurent l’exactitude des vols au moment où ils quittent le poste de stationnement (point de parking) de l’aéroport de départ par rapport à l’heure prévue ;
  • des indicateurs de ponctualité à l’arrivée des avions qui mesurent l’exactitude des vols à leur arrivée au poste de stationnement de l’aéroport de destination par rapport à l’heure prévue.

Attention :

La ponctualité est toujours mesurée en référence au moment où l’avion arrive à son poste de stationnement ou le quitte. Le temps nécessaire à l’avion pour rejoindre la piste et le temps éventuel d’attente avant le décollage (dans le sens départ), de même que le temps nécessaire à l’avion pour se poser et rejoindre son poste de stationnement (dans le sens arrivée) font partie intégrante de la durée du trajet.

  • Indicateurs de régularité
    • « vol annulé » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, nombre d’annulations de vols programmés ;
    • « % de vols annulés » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, nombre de vols annulés sur une période de X mois civils rapporté au nombre de vols programmés pour la même période (en %).
  • Indicateurs de ponctualité au départ
    • « % (mensuel ou moyen sur X mois) de vols en retard au départ » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, nombre de vols en retard au départ sur une période de X mois civils rapporté au nombre total de vols assurés sur la même période (en %) ;
    • « retard moyen (mensuel ou sur les X derniers mois) des vols en retard au départ » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, moyenne du nombre de minutes de retard au départ enregistré par les vols en retard sur une période de X mois civils divisé par le nombre de vols en retard au départ sur la même période ;
    • « retard moyen (mensuel ou sur les X derniers mois) des vols au départ » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, moyenne du nombre de minutes de retard au départ enregistré par tous les vols sur une période de X mois civils divisé par le nombre total de vols au départ sur la même période.
  • Indicateurs de ponctualité à l’arrivée
    • « % (mensuel ou moyen sur X mois) de vols en retard à l’arrivée » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, nombre de vols en retard à l’arrivée sur une période de X mois civils/nombre total de vols assurés sur la même période (en %) ;
    • « retard moyen (mensuel ou sur les X derniers mois) des vols en retard à l’arrivée » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, moyenne du nombre de minutes de retard à l’arrivée enregistré par les vols en retard sur une période de X mois civils divisé par le nombre de vols en retard à l’arrivée sur la même période ;
    • « retard moyen (mensuel ou sur les X derniers mois) des vols à l’arrivée » : pour une relation ou un ensemble de relations donné, moyenne du nombre de minutes de retard enregistré par tous les vols sur une période de X mois civils divisé par le nombre total de vols à l’arrivée sur la même période.


c) Modalités de suivi et de mesure de la ponctualité

Mesure de la ponctualité en fonction de la durée du retard

Pour chaque vol faisant l’objet d’un suivi mensuel, quel que soit le service, les écarts entre l’heure prévue (de départ ou d’arrivée) et l’heure effective (de départ ou d’arrivée) mesurés par les indicateurs de ponctualité sont classés en fonction de la durée du retard enregistré :

  • vols affichant un retard (au départ ou à l’arrivée) inférieur ou égal à 15 minutes ;
  • vols affichant un retard (au départ ou à l’arrivée) compris entre 16 et 30 minutes ;
  • vols affichant un retard (au départ ou à l’arrivée) compris entre 31 minutes et 1 heure (60 minutes) ;
  • vols affichant un retard (au départ ou à l’arrivée) compris entre 1 heure 1 minute (61 minutes) et 3 heures (180 minutes) ;
  • vols affichant un retard (au départ ou à l’arrivée) compris entre 3 heures 1 minute (181 minutes) et 6 heures (360 minutes) ;
  • vols affichant un retard (au départ ou à l’arrivée) supérieur à 6 heures.

Les données sont arrondies par défaut à la minute près.

Convention pour la mesure des retards

  • % de vols en retard

Pour le calcul du % (mensuel ou moyen sur X mois) de vols en retard (au départ ou à l’arrivée), seuls sont pris en compte les vols enregistrant plus de quinze minutes de retard. Par convention, les vols partis ou arrivés avec un retard inférieur ou égal à quinze minutes ne sont pas considérés comme en retard au sens de cet indicateur. Le seuil de quinze minutes est le même quel que soit le service et la liaison considérés.

  • Retard moyen des vols en retard

Le « retard moyen (mensuel ou sur les X derniers mois) des vols en retard au départ ou à l’arrivée » et le « nombre de minutes de retard à l’arrivée cumulé sur un mois » se mesurent dès la première minute (entière) de retard au delà du seuil de retard. Les secondes n’étant pas prises en compte, les données en minutes sont arrondies par défaut.

  • Retard moyen de l’ensemble des vols

Le « retard moyen (mensuel ou sur les X derniers mois) des vols au départ ou à l’arrivée » et le « nombre de minutes de retard à l’arrivée cumulé sur un mois » se mesurent dès la première minute (entière) de retard. Les secondes n’étant pas prises en compte, les données en minutes sont arrondies par défaut.

Le nombre de minutes de retard (au départ ou à l’arrivée) pris en compte sur la période considérée correspond donc à la somme des minutes de retard enregistrées par tous les vols, y compris ceux qui ont un retard inférieur ou égal à quinze minutes. Le retard moyen de l’ensemble des vols se calcule en divisant ce nombre par le nombre total de vols (au départ ou à l’arrivée) sur la même période.

Pour chacune des relations suivies, le gestionnaire d’aéroport concerné transmet à la direction générale de l’aviation civile française (DGAC), en vue de sa transmission à l’AQST, la mesure des indicateurs concernant le nombre de vols assurés, le nombre de vols annulés et la ponctualité (départ/arrivée) des vols pour le mois m-1.

Suivi de la ponctualité en fonction de l’origine et de la destination

Le suivi des liaisons intérieures, internationales et outre-mer est réalisé à partir d’un certain trafic annuel de voyageurs.

  • Pour les liaisons intérieures à la métropole (> 100 000 passagers annuels)
    • les services intérieurs ayant pour origine et pour destination un aéroport accueillant plus de deux millions de passagers/an sont suivis en ponctualité au départ et à l’arrivée ;
    • les services intérieurs ayant pour origine un aéroport accueillant plus de deux millions de passagers/an et pour destination un aéroport n’appartenant pas à cette catégorie sont suivis exclusivement en ponctualité au départ ;
    • les services intérieurs ayant pour destination un aéroport accueillant plus de deux millions de passagers/an et pour origine un aéroport n’appartenant pas à cette catégorie sont suivis exclusivement en ponctualité à l’arrivée.
  • Pour les liaisons internationales (> 200 000 passagers annuels)
    • les services internationaux ayant pour origine un aéroport français (plus de deux millions de passagers/an) sont suivis exclusivement en ponctualité au départ ;
    • les services internationaux ayant pour destination un aéroport français (plus de deux millions de passagers/an) sont suivis exclusivement en ponctualité à l’arrivée.
  • Pour les liaisons avec l’outre-mer (> 100 000 passagers annuels)
    • les services ayant pour origine un aéroport métropolitain (plus de deux millions de passagers/an) et pour destination de l’aéroport d’un DOM sont suivis exclusivement en ponctualité au départ ;
    • les services ayant pour origine l’aéroport d’un DOM et pour destination un aéroport métropolitain (plus de deux millions de passagers/an) sont suivis exclusivement en ponctualité à l’arrivée.


d) Présentation synthétique des indicateurs par relation et par type de service

Suivi des indicateurs par relation

  • Pour chaque relation suivie, on mesure globalement (tableaux de la série A) :
    • le nombre de vols programmés, le nombre de vols assurés et le pourcentage de vols annulés (par rapport au nombre de vols programmés) sur le mois considéré ;
    • la ponctualité des vols au départ et à l’arrivée, en nombre et en pourcentage de vols en retard sur le dernier mois ;
    • le retard moyen mensuel des vols en retard au départ/à l’arrivée (en minutes) ;
    • le retard moyen mensuel des vols au départ/à l’arrivée (en minutes) ;
    • la répartition (en %) des vols en retard sur le dernier mois, respectivement au départ et à l’arrivée, en fonction de la durée du retard, mesurée comme indiqué au point 4.1. ;
    • la ponctualité des vols au départ et à l’arrivée, en pourcentage de vols en retard, respectivement sur les six derniers mois et les douze derniers mois ;
    • le retard moyen des vols en retard au départ/à l’arrivée (en minutes) respectivement sur les six derniers mois et les douze derniers mois.
  • Pour chaque relation suivie, on mesure par compagnie exploitante (tableaux de la série B) :
    • le nombre de vols programmés, le nombre et le pourcentage de vols assurés et le nombre et le pourcentage de vols annulés (par rapport au nombre de vols programmés par la compagnie) sur le mois considéré ;
    • la part (en %) de chaque compagnie dans le nombre mensuel total de vols en retard à l’arrivée sur la relation considérée ;
    • la part (en %) des vols de la compagnie arrivés en retard dans le mois ;
    • le retard moyen mensuel des vols en retard à l’arrivée exploités par la compagnie (en minutes) ;
    • le retard moyen mensuel des vols à l’arrivée exploités par la compagnie (en minutes).

Suivi des indicateurs par type de service

  • Pour chacun des trois types de service (« intérieur », « international », « outremer »), on mesure, pour l’ensemble des liaisons du service considéré : (tableaux de la série C) :
    • un indicateur synthétique agrégeant le nombre de vols programmés, le nombre de vols assurés et le nombre de vols annulés sur le dernier mois ;
    • le pourcentage de vols annulés (par rapport au nombre de vols programmés) respectivement sur le mois, les six derniers mois et les douze derniers mois ;
    • la ponctualité des vols au départ et à l’arrivée, en pourcentage de vols en retard, respectivement sur le dernier mois, les six derniers mois et les douze derniers mois ;
    • le retard moyen des vols en retard au départ/à l’arrivée (en minutes) respectivement sur le dernier mois, les six derniers mois et les douze derniers mois ;
    • le nombre de minutes de retard à l’arrivée cumulé sur un mois.

A noter :

Les données sur les six derniers mois ou sur les douze derniers mois sont calculées en « moyenne glissante ». Par exemple, la moyenne glissante sur six mois d’une série de données publiée au mois de mai 2012 portera sur les mois d’octobre, novembre, décembre, janvier, février, mars et avril. Au mois de juin 2012, la moyenne « glissera » sur les mois de novembre, décembre, janvier, février, mars, avril et mai et ainsi de suite.

Les données exprimées en % comportent une décimale après la virgule et sont arrondies au dixième le plus proche.

Les données exprimées en minutes sont arrondies à l’entier le plus proche.